Marguerite

Marguerite

Pourquoi m’as-tu trahi(e) si souvent

Tes pétales se détachent bien trop vite

L’amour n’est-il que fleur au vent 

Parasite

Ton jeu de hasard est décevant

Tu ne m’offres que des morts subites

Jamais élu toujours perdant

Tu prétends déflorer des profonds sentiments

Serai-je aimé(e) un peu beaucoup passionnément

Quand m’annonceras-tu du fond de ton calice

Un rendez-vous secret au jardin des délices

 

Marguerite

Tu contes fleurette à tout bout d’champ

Et à ton effeuillage tu m’invites

L’amour n’est-il que fleur au vent 

Hypocrite

Tu me fais croire à tous les espoirs

Où est ta gloire où est ton mérite

Dois-je préférer mon miroir

Tu prétends déflorer des profonds sentiments

Serai-je aimé(e) un peu beaucoup passionnément

Quand m’annonceras-tu du fond de ton calice

Un rendez-vous secret au jardin des délices

Marguerite

Vulgaire Marguerite  

Je t’aime pas du tout

Je t'aime plus du tout

Tu n’es qu’une fleur banale

Je te rends tes pétales

Je préfère la gueule-de-loup

Notes
 

La fleur de marguerite est simple, blanche, à calice rudimentaire,

et possède un nombre de pétales qui oscille entre 13 à 34

(nombre issu pour les plus savants de la suite de Fibonacci).

Elle est utilisée, comme la pâquerette, dans le jeu d'effeuillage

censé refléter les sentiments de l'être aimé.

 

« La marguerite : une bouche ronde qui a des dents de tous côtés. »

Jules Renard, Journal, 1893 – 1898

 

« Les je t'aime un peu beaucoup / Ne sont guère de mon goût /

Les serments d'amour m'irritent / Se plaignait la marguerite /

Aussitôt que débute une affaire sentimentale / J'y laisse tous mes pétales. »

Georges Brassens, Discours des fleurs, 1986