Enfin la vieille est morte

Enfin la vieille est morte

Ça fait trois bonnes nouvelles vu son âge

Plus d’souffrance plus d’visites l’héritage

Dieu ouvre-lui Ta porte

Ça dégénère

Chez le notaire 

"Priorité

C’est moi l’aîné

T’es qu’un pourri

Un deuxième lit

Le gros matelas

Il est pour moi

À moi la maison

À moi le pognon

J’te laisse ses fausses dents

Ses vieux cardigans

Et même la chatière

Avec la litière"

Hélas la vieille est morte

Les rancunes remontent mortifères

Plus de mère plus de frères c'est la guerre

 Dieu ouvre-leur Ta porte

Car le cadet

Répond mauvais

"T’es qu’un faux frère

Qui c'est ton père

T’as coûté cher

Même très très cher

Nul à l'école 

Roi d'la picole

À moi la maison

À moi le pognon

Rien à faire du chat

Et d'ton cinéma

T'es toujours jaloux

C’était moi l’chouchou"

La vieille.jpg

Trop tard la vieille est morte

Les deux frères se déchirent en tous sens

Plus d'respect plus d'limites l'indécence

 Dieu referme Ta porte

Le notaire prend

Le testament 

"Je lègue mes biens

A mon médecin

Il soignera

Maintenant mon chat"

Messieurs je crains

Qu'vous n'ayez rien

À lui la maison

À lui tous les fonds

Furieux les deux frères

S'accusent en colère

Les pauvres de cœur

Vivent de rancœur

Dieu ferme-leur Ta porte

Parfois pour hériter

Il faut le mériter

Le diable les emporte (x 2)

burial-1299277_1280_edited.png

Notes
 

Drôle de société où l'argent hérité est plus valorisé que l'argent gagné, où des héritiers se disputent des cadeaux venus du ciel.
 

« On appelle dépouille le corps d'un défunt auquel ses héritiers ont tout pris. »
Philippe Bouvard, Mes dernières pensées sont pour vous, 2017